16/07/2007

NEWS DE SUISSE

NEWS DE SUISSE

 

11/07/2007

Cachez ce sein que je ne saurais voir....


 

Epesses • La chasse aux nudistes est lancée.

Avec le froid de canard régnant sur les plages la semaine dernière, les réfractaires à la feuille de vigne n’étaient pas au rendez-vous. Pas l’ombre d’un naturiste pour accueillir Nicole Gross, syndique et son municipal de la police à Epesses, Louis Philippe Porchet, accompagnés du commissaire de la «Police intercommunale de Lutry, Chexbres, Grandvaux, Cully, Villette, Rivaz et Epesses», venus en anoraks et cols roulés, annoncer la nouvelle signalisation. Un panneau qui ne laisse aucun doute sur les ambitions communales... il va falloir se rhabiller!
Car les bucoliques petites plages d’Epesses font, depuis des lustres, le bonheur des décomplexés du zizi flottant et du sein qui pendouille. Abrités de la route par la foison de feuilles de vigne, ayant construit des mini-digues pour s’abriter des jumelles voyeuses flottant sur le Léman, ils s’étalent, toute viande exposée à la rôtissoire de Jean Rosset. Oh shocking, se disent alors quelques pudiques bas-bleus, venues innocemment (peut-être), prendre l’air du large par un jour de Vaudaire. Tant d’impudeur ne saurait convenir à la bienséance d’un village désormais classé par l’Unesco. D’autant plus que quelques petits malins pensant asseoir (sur les cailloux) la réputation du lieu, ont à quelques reprises, suggéré à mamie de quitter sa culotte pour avancer. Ce qui, une fois de plus prouve que le racisme est rarement unilatéral.

Campagne préventive
Mais c’est fini tout ça. Interpellée à plusieurs reprises sur la place du village, la Municipalité se doit de réagir pour protéger la pudeur des ouailles. «Nous n’avons qu’un kilomètre de plage et entendons le rendre aux familles d’Epesses» tonne le Municipal L-Ph Porchet. «Nous avions demandé à la gendarmerie d’intervenir l’an dernier, mais compte tenu du peu d’efficacité déployée par cette dernière, nous nous tournons maintenant vers la Police Intercommunale qui travaille désormais sur notre territoire». Voilà donc une nouvelle tâche pour cette police que l’on croise sur 7 communes pour l’instant. Un cadeau empoisonné que d’hériter de ce genre de problème avec la responsabilité policière du village? Sourire en coin du Commissaire Chollet qui défend le job en expliquant que des contacts ont déjà eu lieu, qu’une campagne préventive intensive commence et que des sanctions suivront pour les récidivistes. Peut-être reconnaît-on un récidiviste au manque de marque due au maillot?

Habitudes
Cela fait près de 20 ans que les naturistes tentent (en vain) de cultiver des roseaux en guise de rideau. Et après autant de temps que les adeptes du une ou deux pièces vont le promener sous d’autres cieux. Si les premiers se rhabillent ou quittent, les seconds viendront-il jouer les équilibristes sur un muret pour accéder aux criques idylliques? En tous les cas ce sera sans poussette, ni gros matériel. D’ailleurs les naturistes le savent, ils s’étaient construit un petit toit où laisser leurs planches à poil, chaises longues et autres objets encombrants arrivant difficilement à la plage d’Epesses. En tous les cas, les Tartuffes qui auront demandé que soit caché ce sein, auront avantage à occuper les lieux s’ils ne veulent pas que d’autres arrivants, peut-être habillés mais les poches pleines d’herbes, de poudres et de seringues ne viennent profiter de l’aubaine d’un lieu tranquille ou l’on ne fait la chasse qu’aux culs nus.

Où aller?
Les plages pour les adeptes de l’intégral ne sont pas légion. Depuis la fermeture des Grangettes, le canton n’offre guère que quelques espaces dans les roseaux d’Yvonand ou des coins sauvages qui se transmettent par Internet. Il reste bien sûr les cabines de bronzage, souvent plus confortables, mais tellement solitaires...L’avenir passera peut-être par des salles décorées avec lampes bronzantes incorporées... Il y a un business à faire....

Nina Brissot

 

Article tiré de : 

 

http://www.leregional.ch/www/article/article.php?rub=2&am...

 

MAIS

 

La police ferme encore les yeux sur les nudistes

EPESSES – La plage naturiste a attiré du monde lors de ce 1er week-end chaud de l’été. La police n’est pas intervenue.


(fnd)
Après être passé sous la voie de chemin de fer, il faut grimper sur un petit muret privé pour accéder à la plage d’Epesses qui abrite discrètement des naturistes vaudois depuis plus de 15 ans. Ces quelques mètres de galets au bord du lac focalisent la colère de certains habitants du village en Lavaux. Surprise: une douzaine de personnes bronzent intégralement nues, parmi la trentaine d’hommes et de femmes sur place en maillot ou en string. La syndique Nicole Gross a pourtant récemment annoncé la collaboration de la police de Lutry pour faire strictement respecter des tenues de plage «décentes». Le règlement communal tolère le string.
La vue d’un appareil photo provoque soudain un émoi. Certains enfilent en quelques secondes un bout de tissu tandis que d’autres font le guet. La crainte d’une descente de police ou de voyeurs malveillants plane. «Nous ne comprenons pas pourquoi on s’acharne sur nous alors que nous entretenons cette plage délaissée des familles car difficilement accessible», s’insurge Florence, une Lausannoise qui fréquente ce lieu depuis 10 ans. Et si des agents apparaissaient tout à coup? «La plupart des gens ici respecte le règlement, et il faudrait constater un flagrant-délit.» Aucun policier n’est intervenu samedi et hier. Le commissaire est en vacances, quant à Nicole Gross, elle recommande encore quelques jours de tolérance.

Frédéric Nejad

 

http://www.20min.ch/ro/news/lausanne/story/13100214


 

 

16:53 Écrit par Nat dans SUISSE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : naturisme, vacances, detente, plage, suisse |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.