29/07/2007

L'ILE DU LEVANT

Un article dans le journal du dimpanche de ce jour :

 

Dimanche 29 Juillet 2007

La vérité toute nue du Levant

Par Benoist SIMMAT, envoyé spécial à Hyères
Le Journal du Dimanche

>> L'île du Levant, au large des côtes varoises, est un refuge. La philosophie originelle du site définit le naturisme comme un élément essentiel au repos du corps, qui dépayse et séduit les nouveaux venus. Si la cohabitation avec les gens vêtus est amicale, la concurrence est rude et l'économie en pâtit. L'île envisage donc de changer ses habitudes, au risque de perdre ses charmes.

Le bateau n'a pas quitté l'embarcadère de deux encablures pour repartir que... hop! les maillots tombent, les pagnes s'envolent. Un sein apparaît, puis une fesse, puis tout le reste. Sur le ponton d'accueil de l'Ile du Levant, un petit groupe de naturistes brandit ses "textiles" au-dessus de la tête afin de saluer à sa manière la navette qui repart vers Hyères (Var). "Ça ? Ben ça s'appelle L'Adieu au Levant", lance une adepte, appuyant l'importance de cette tradition locale consistant à quitter la civilisation des vêtements. Pour quelques semaines de vacances au moins.

Bienvenue chez les "culs-nus", comme ils se nomment eux-mêmes. L'Ile du Levant est un petit royaume du naturisme mondial depuis... 1932. Mais attention: rien à voir avec les camps de nudistes de la côte. Ici, les "textiles", autrement dit les "culs-blancs", sont acceptés depuis toujours; même si la pratique du nudisme est chaudement "recommandée". "Ce n'est pas un ghetto", précise Sandrine Besson, 44 ans, une belle quadra ayant quitté une carrière parisienne pour vivre ici en pratiquante convaincue: brushing, maquillage, mais habillé d'un simple collier de coquillages, plus un sac à main.

"Cruchot" au boulot

Et aussi, parfois, un pagne. C'est l'originalité: les naturistes doivent en certaines circonstances se couvrir. Car le site, dès l'origine, possède des zones naturistes, "textiles" ou mixtes. Un vrai casse-tête. Sur la célèbre plage des Grottes, être "à poil" est obligatoire, comme le définit un très sérieux arrêté municipal de la ville de Hyères (dont dépend administrativement l'île). Mais tout naturiste qui en revient passe par le "port" (le petit débarcadère), zone administrée par le Conseil général, où être nu est théoriquement un acte d'exhibitionnisme. Vingt mètres plus loin, la longue "montée de l'Ayguade" est, elle, mixte: culs-nus et culs-blancs peuvent cohabiter, avant d'arriver sur la placette du petit hameau, zone où le naturisme redevient interdit... et le string (au minimum) obligatoire.

Autant dire que le "Cruchot" local (par référence au célèbre Gendarme de Saint-Tropez) a du boulot: Dominique Poey, 48 ans, seul et unique policier municipal de l'île, rhabille et déshabille les visiteurs depuis 22 ans. "Je n'ai jamais eu à verbaliser, c'est plutôt du rappel à l'ordre quotidien", précise le fonctionnaire. Lui-même est naturiste, mais pas pendant le service! Son sacerdoce énerve un peu les "puristes". Comme la figure locale: Berty Vaillant, habillé l'été d'une gitane maïs et d'une paire de Ray-Ban, l'hiver d'un pull et de chaussettes ("mais sans slip !"). Cet ancien pharmacien parisien a tout quitté pour ouvrir le "Bazar" de l'île, où il officie en costume de Cro-Magnon. En contradiction avec le sempiternel arrêté municipal interdisant aux commerçants de servir leur clientèle en tenue d'Adam. "Mais 99% des touristes qui viennent ici paient pour être à poil, alors soyons à poil", explique le rebelle.

Le débat est sans fin. Ce dimanche, les 220 propriétaires du site - qui est entièrement privé, le reste de l'île étant une zone militaire interdite - devaient justement tenir leur assemblée générale pour discuter d'une éventuelle ouverture des rues du hameau aux culs-nus. Un épiphénomène sur une île où l'essentiel, pour une immense majorité des habitants, est de préserver "l'esprit" du naturisme: "Etre nu, c'est un fil conducteur, ce qui compte c'est le respect, la tolérance", énonce doctement Michel Poulet, vêtu uniquement de baskets noires, auprès de son épouse Framboise, tous deux fraîchement retraités de l'Education nationale.

Banalisation des seins nus

Tolérance envers les "textiles", certes, mais surtout respect de la nature, du silence, du paysage. Dans l'esprit des deux médecins fondateurs de Héliopolis ("la cité du soleil", nom officiel du site), s'exposer nu était une manière de se régénérer au contact des trois éléments: "Sentir l'eau sur son corps, toucher les plantes, chauffer au soleil..., c'est cela notre naturisme", résume Suzanne Zeiler, 81 ans. Cette doyenne de l'île est arrivée dans les années 1950, "où il n'était pas facile pour une femme de se mettre nue", rappelle-t-elle.

Ce rapport un peu particulier à soi est la principale découverte des nouveaux initiés au Levant. "Quand on marche nue, on doit faire attention à soi, on est face à soi-même, on se retrouve, et on accepte mieux les autres", explique Catherine, touriste belge nouvellement convertie. Ici, beaucoup d'interdits étonnent: pas d'éclairage public la nuit, pas de cigarettes dans les rues, pas de musique forte le soir, etc. Le corps ne doit pas simplement se régénérer, il doit s'apaiser. "Tous mes clients me demandent ce qu'il y a à faire ici, mais ce que nous vendons, c'est justement ne rien faire", rigole Frets Verhees, un hôtelier hollandais ayant connu l'île à 5 ans, et qui jure que "si vous restez une semaine ici, vous finirez par vous mettre à poil". Sa femme, d'origine Corse, a tout de même mis trois mois.

En question, toutefois, l'avenir d'un site dont l'économie n'est plus aussi flamboyante qu'auparavant: banalisation des seins nus, concurrence des camps nudistes, des destinations lointaines... L'île ne fait plus le plein l'été. "Peut-être n'est-il plus possible de ne travailler qu'avec les naturistes", interroge Lucie Harnisch, hôtelière, par ailleurs maire-adjointe. "Le naturisme reste la locomotive de l'île", estime Jacques Ollive, président du Syndicat des propriétaires. "Les naturistes ont vieilli, moins de jeunes viennent", renchérit Sandrine, qui loue sa charmante bicoque avec vue imprenable sur l'île voisine de Port-Cros. Pointant la vie chère d'une île où tous les coûts sont démultipliés: transport, repas, etc. Mais à trop reculer sur le naturisme, les Levantins ne risquent-ils pas de perdre leur âme ? Sans culs-nus, les arbousiers resteront-ils aussi beaux sur le versant ouest du Levant ?
 
Le lien :
http://www.lejdd.fr/cmc/societe/200730/la-verite-toute-nu...
 

15:03 Écrit par Nat dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : naturisme, vacances, detente, france |  Facebook |

23/07/2007

LA GRANDE COSSE 2007

Merci à Annie et Olivier pour le témoignage sur La Grande Cosse (Aude - 11) qui suit :

 

Nous avons passé la première semaine de juillet et nous voudrions faire par de nos commentaires.

-Très bon accueil a l’arrivée.
-Sanitaire propre avec cabine, nous préférons les douches commune qui ne sont au nombre de 4 malheureusement.
-Dans les blocs sanitaires il existe un espace vaisselle, un espace petite lessive (pas tjs respecté par des utilisateurs qui y lave leur vaisselle) et une machine à laver avec jeton.
-La partie piscine qui en comprend 3 sont très bien entretue juste un peu maque d’ombre.
-La superette est très bien achalandée avec des produit de « SUPERU » au même prix et diversifier. Du pain est disponible toute la journée. Pour ceux comme nous qui ne prenne par le risque de voyager avec des bouteilles de gaz ils en ont.
-Les allées et terrains sont très bien entretenu tous comme l’accès a la plage.
-La plage très belle, la partie naturiste fait 2700m et signalée par des panneaux.
-Un marché matinal quotidien est présent à Saint-pierre-sur-mer, pour les marcheurs ils ce trouve a 4km depuis le camping par la plage.
-Attention aux aoutats dans les landes lors de balade de soirée.
-La nudité des estivants y est bien respectée dans le camping sauf le soir avec raison car les moustiques s’en donne à cœur joie.
-Le personnel de la superette est par-contre non naturiste (ou plus tard dans l’année) tout comme le personnel qui participe aux séances de gym matinal donné par une monitrice naturiste.
-Certaines animations nocturnes peuvent être bruyantes, si vous êtes en tente il vaut mieux aller vers la fin du camping.

Malgré les deux derniers points négatifs, nous y retournerons certainement en aout de cette année.

Annie & Olivier

22/07/2007

ARTICLE DU MAGAZINE "ELLE" (FRANCE)

Le nudisme c'est fashion !

Dans son édition du 16 juillet, le magazine féminin "Elle" consacre une "enquête" (?) intitulée "le nudisme, c'est fashion"

Début de l'article :

" Oublier son maillot, c'est la folle liberté qu'on s'accorde cet été. Ne serait-ce qu'une fois pour voir (et être vue...). Sans provoc', décomplexée et nature, avec juste quelques détails mode : des lunettes, un foulard, un bracelet... Nue mais stylée ! "

les_people_aussi_mode_une

 

La suite de l'article sur le site de "Elle" (France) :

http://www.elle.fr/elle/societe/les-enquetes/le-nudisme-c-est-fashion

 

Ce n'est pas du Naturisme, mais du nudisme, comme le dit d'ailleurs le titre.

En effet, les accessoires "modes" pour se singulariser, etc... bof ! 

Mais cela tentera peut-être certaines à oser se déshabiller, à essayer une première fois, et peut-être de là un premier départ ?

18/07/2007

GREENPEACE & SPENCER TUNICK

Spencer Tunick & Greenpeace

Installation sur glacier en Suisse, le week-end du 18–19 août 2007

 

Le week-end du 18–19 août, un glacier de Suisse attirera l’attention de toute la planète. Spencer Tunick, photographe connu pour ses installations, et Greenpeace Suisse organisent ensemble une installation en relation avec un glacier suisse pour attirer l’attention sur les changements climatiques planétaires.

La fonte des glaciers sur notre planète est un signe clair des changements climatiques qui touchent aussi particulièrement la Suisse. L’installation symbolise la vulnérabilité des glaciers et la fragilité du corps humain. Les photos de cette installation doivent émouvoir la population et la motiver à agir maintenant contre les changements climatiques.

Venez participer: Allez sans protection rencontrer le glacier. Mettez-vous à nu pour protéger le climat!

Spencer Tunick est connu pour ses installions de personnes nues. Il qualifie ses oeuvres de «sculptures vivantes» ou de «paysages corporels». C’est déjà la quatrième installation de Spencer Tunick en Suisse.

En collaborant avec Greenpeace, Spencer Tunick aimerait toutefois témoigner de la beauté et de la fragilité de notre planète. Et nous rappeler que nous devons aller de l’avant et agir en prenant des décisions courageuses!

Inscrivez-vous pour participer à cette installation. Nous vous informerons environ une semaine avant sur le lieu, l’heure et le déroulement. Il est important pour Greenpeace que cette installation soit favorable au climat; c’est la raison pour laquelle nous vous demandons d’y accéder en utilisant les transports publics et en renonçant à l’avion

 

Pour + d'infos :

 

http://www.greenpeace.ch/fr/tunickglacier/

16/07/2007

NEWS DE SUISSE

NEWS DE SUISSE

 

11/07/2007

Cachez ce sein que je ne saurais voir....


 

Epesses • La chasse aux nudistes est lancée.

Avec le froid de canard régnant sur les plages la semaine dernière, les réfractaires à la feuille de vigne n’étaient pas au rendez-vous. Pas l’ombre d’un naturiste pour accueillir Nicole Gross, syndique et son municipal de la police à Epesses, Louis Philippe Porchet, accompagnés du commissaire de la «Police intercommunale de Lutry, Chexbres, Grandvaux, Cully, Villette, Rivaz et Epesses», venus en anoraks et cols roulés, annoncer la nouvelle signalisation. Un panneau qui ne laisse aucun doute sur les ambitions communales... il va falloir se rhabiller!
Car les bucoliques petites plages d’Epesses font, depuis des lustres, le bonheur des décomplexés du zizi flottant et du sein qui pendouille. Abrités de la route par la foison de feuilles de vigne, ayant construit des mini-digues pour s’abriter des jumelles voyeuses flottant sur le Léman, ils s’étalent, toute viande exposée à la rôtissoire de Jean Rosset. Oh shocking, se disent alors quelques pudiques bas-bleus, venues innocemment (peut-être), prendre l’air du large par un jour de Vaudaire. Tant d’impudeur ne saurait convenir à la bienséance d’un village désormais classé par l’Unesco. D’autant plus que quelques petits malins pensant asseoir (sur les cailloux) la réputation du lieu, ont à quelques reprises, suggéré à mamie de quitter sa culotte pour avancer. Ce qui, une fois de plus prouve que le racisme est rarement unilatéral.

Campagne préventive
Mais c’est fini tout ça. Interpellée à plusieurs reprises sur la place du village, la Municipalité se doit de réagir pour protéger la pudeur des ouailles. «Nous n’avons qu’un kilomètre de plage et entendons le rendre aux familles d’Epesses» tonne le Municipal L-Ph Porchet. «Nous avions demandé à la gendarmerie d’intervenir l’an dernier, mais compte tenu du peu d’efficacité déployée par cette dernière, nous nous tournons maintenant vers la Police Intercommunale qui travaille désormais sur notre territoire». Voilà donc une nouvelle tâche pour cette police que l’on croise sur 7 communes pour l’instant. Un cadeau empoisonné que d’hériter de ce genre de problème avec la responsabilité policière du village? Sourire en coin du Commissaire Chollet qui défend le job en expliquant que des contacts ont déjà eu lieu, qu’une campagne préventive intensive commence et que des sanctions suivront pour les récidivistes. Peut-être reconnaît-on un récidiviste au manque de marque due au maillot?

Habitudes
Cela fait près de 20 ans que les naturistes tentent (en vain) de cultiver des roseaux en guise de rideau. Et après autant de temps que les adeptes du une ou deux pièces vont le promener sous d’autres cieux. Si les premiers se rhabillent ou quittent, les seconds viendront-il jouer les équilibristes sur un muret pour accéder aux criques idylliques? En tous les cas ce sera sans poussette, ni gros matériel. D’ailleurs les naturistes le savent, ils s’étaient construit un petit toit où laisser leurs planches à poil, chaises longues et autres objets encombrants arrivant difficilement à la plage d’Epesses. En tous les cas, les Tartuffes qui auront demandé que soit caché ce sein, auront avantage à occuper les lieux s’ils ne veulent pas que d’autres arrivants, peut-être habillés mais les poches pleines d’herbes, de poudres et de seringues ne viennent profiter de l’aubaine d’un lieu tranquille ou l’on ne fait la chasse qu’aux culs nus.

Où aller?
Les plages pour les adeptes de l’intégral ne sont pas légion. Depuis la fermeture des Grangettes, le canton n’offre guère que quelques espaces dans les roseaux d’Yvonand ou des coins sauvages qui se transmettent par Internet. Il reste bien sûr les cabines de bronzage, souvent plus confortables, mais tellement solitaires...L’avenir passera peut-être par des salles décorées avec lampes bronzantes incorporées... Il y a un business à faire....

Nina Brissot

 

Article tiré de : 

 

http://www.leregional.ch/www/article/article.php?rub=2&am...

 

MAIS

 

La police ferme encore les yeux sur les nudistes

EPESSES – La plage naturiste a attiré du monde lors de ce 1er week-end chaud de l’été. La police n’est pas intervenue.


(fnd)
Après être passé sous la voie de chemin de fer, il faut grimper sur un petit muret privé pour accéder à la plage d’Epesses qui abrite discrètement des naturistes vaudois depuis plus de 15 ans. Ces quelques mètres de galets au bord du lac focalisent la colère de certains habitants du village en Lavaux. Surprise: une douzaine de personnes bronzent intégralement nues, parmi la trentaine d’hommes et de femmes sur place en maillot ou en string. La syndique Nicole Gross a pourtant récemment annoncé la collaboration de la police de Lutry pour faire strictement respecter des tenues de plage «décentes». Le règlement communal tolère le string.
La vue d’un appareil photo provoque soudain un émoi. Certains enfilent en quelques secondes un bout de tissu tandis que d’autres font le guet. La crainte d’une descente de police ou de voyeurs malveillants plane. «Nous ne comprenons pas pourquoi on s’acharne sur nous alors que nous entretenons cette plage délaissée des familles car difficilement accessible», s’insurge Florence, une Lausannoise qui fréquente ce lieu depuis 10 ans. Et si des agents apparaissaient tout à coup? «La plupart des gens ici respecte le règlement, et il faudrait constater un flagrant-délit.» Aucun policier n’est intervenu samedi et hier. Le commissaire est en vacances, quant à Nicole Gross, elle recommande encore quelques jours de tolérance.

Frédéric Nejad

 

http://www.20min.ch/ro/news/lausanne/story/13100214


 

 

16:53 Écrit par Nat dans SUISSE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : naturisme, vacances, detente, plage, suisse |  Facebook |

08/07/2007

EURONAT 2007

EURONAT 2007

 

euronat_ano_espace_naturiste_vivez_nu_H_DSC_0014

 

 

08:39 Écrit par Nat dans NATURISME | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |